Boxer Matt, La Maison Victor 2/2019

Le boxer Matt est un patron issu du magazine La Maison Victor de mars/avril 2019, le même numéro dont est issu le patron de la culotte Patty. Le magazine est malheureusement en rupture de stock dans les 3 langues où il est édité (français, néerlandais et allemand) mais si vous pouvez vous le procurer d’occasion, sautez dessus ! Ces deux patrons sont parfaits.

Le boxer Matt donc est destiné aux jeunes hommes de 92 à 176 cm : on est tranquilles un moment ! Pour la plus grande taille il vous faudra 55 cm de tissu, autant dire que c’est un patron idéal pour passer vos chutes. Il vous faudra aussi au maximum 77 cm d’élastique. Le patron est très simple et ne comporte que 4 pièces : A -le milieu devant (x2 au pli), B – côté devant (x2), C – milieu dos (x2 au pli) et D – dos côté (x2). Pour ma part je l’ai simplifié encore plus en supprimant la couture de côté : J’ai fait se chevaucher les pièces côté devant et côté dos pour ne former plus qu’une seule pièce. C’est plus parlant en image :

La couture commence avec la pièce A – milieu devant : on coud du bas de la pièce jusqu’au cran pour former le volume qui maintiendra le matos :

On coud évidemment avec un point extensible, ici j’ai sélectionné le point « éclair ». J’ai choisi de ne pas utiliser ma surjeteuse pour ne pas créer d’épaisseur avec le surjet. Une fois la couture faite, on coupe délicatement pour ouvrir le tissu jusqu’au cran.

Ensuite on va coudre les deux pièces A – milieu devant avec la pièce B – côté devant : on assemble une pièce A endroit (de A) sur endroit de B) et la deuxième pièce A endroit (de A) sur envers (de B) :

Jusque là, ce n’était pas trop compliqué. La prochaine manip demande une petite gymnastique cérébrale mais ça va bien se passer ! Le but est de coudre la deuxième pièce B avec les deux pièces A, sans que le coutures soient apparentes. Pour cela, on va rouler la pièce B déjà cousue en boudin de façon à ce qu’elle ne nous gène pas. On procède ensuite de la même façon que pour l’étape précédente : On place la deuxième pièce B (elle aussi roulée en boudin) en sandwich entre les deux pièces A. On obtient un beau burrito que l’on déplie ensuite :

A cette étape on peut faire des surpiqûres pour maintenir les marges de coutures ; je ne l’ai pas fait pour cette version, j’ai eu peur que mon tissu très fin ne fasse des plis.

La suite est logique, on fait la même chose pour le dos. On prend D en sandwich avec les deux pièces C et on applique également la technique du burrito :

A ce stade, le boxer est presque fini ! Faites des surpiqûres si vous en avez fait pour le devant.

On va maintenant faire la couture de l’entrejambe que l’on surpiquera ensuite pour que ce ne soit pas gênant :

Aller courage, il ne reste plus que les ourlets et la couture de l’élastique. Pour les ourlets, j’ai choisi de les faire à l’aiguille double mais vous pouvez utiliser un point zig zag ou tout autre point qui vous plaît tant qu’il est élastique. J’ai fait des replis de 2 cm et j’ai surpiqué à 1,5 cm.

Désolée pour la luminosité pourrie de ce lundi après-midi pluvieux ! On ne voyait tellement rien que je me suis trompée : j’ai fait mes ourlets sur l’envers snif …

Voilà, on arrive déjà à la dernière étape mais pas la moindre : l’élastique ! J’ai longtemps galéré avec la couture de ces élastiques apparents et j’ai essayé plusieurs techniques sans réellement trouver la technique parfaite (qui serait d’avoir une recouvreuse mais ce n’est pas au programme pour l’instant). Je vous montre ici celle qui me plaît le plus sans pour autant que je saute de joie à chaque fois que je dois l’utiliser.

Première étape : on coud l’élastique à la bonne taille pour former un cercle puis on le place envers contre envers (photo 1 ci-dessous). On le maintient en place avec un point long. Puis on retourne l’élastique sur l’endroit.

Courage, c’est la fin : on pique maintenant tout le tour de l’élastique pour le maintenir en place. J’utilise mon aiguille double :

Et voilà ! Vous pouvez (si vous avez le courage) enlever le fil qui servait à maintenir l’élastique en place mais ce n’est pas obligatoire. S’il casse, il suffira de le couper.

Ma deuxième version dans un beau jersey oeko tex de chez Sudocoud :

J’espère que ces boxers plairont à leur futur propriétaire. Je les ai cousus en taille 146/152 et je croise les doigts pour qu’ils tombent bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.